acqua di fiori

23/06/18

DSC_00240001

 

La nuit ordonne , et 
le livre de veille
est ouvert .
Les mots sont lus ,
sortent du noir .
Chaque parole
est au lointain
un tendre écho
sur ta fièvre.
Mais les couronnes 
de lierre ,
je les avais 
tressées 
dans la pièce monacale .
Le long sanglot
l'ai ravalé
dans des sourires 
discrets . 
Rien ne s'achève
que ce moment
meurtrier .
La lyrique échappée
vers la mort .

*

Thierry Desloges

Posté par acqua di fiori à 12:06 - Permalien [#]
Tags :


20/06/18

Sophie Brassart

Sous la voûte d'orage

Ni dedans ni dehors
ne peuvent emmurer
le baiser d'un cyprès

Seulement la transparence

Des éclats de silence
taillés dans ma chair

*

Sophie Brassart

  Combe

 


Éd. Tarmac

 

 

Posté par acqua di fiori à 21:46 - Permalien [#]
Tags :

19/06/18

mer

 

Ce bruit d’étoffe sur la mer

     et de velours
dans la voix du vent lorsque la marée
     monte à l’étale,
cette séquence du plain-temps, ces chants
     blessés des oiseaux migrateurs
qui sont la plus belle preuve du ciel,
     cette insulaire dormition
d’un angélus qui vous étreint le coeur,
     ces moments d’âme, de cristal :

tout ce qui fait le fond de l’air.

*

Gilles Baudry

Posté par acqua di fiori à 11:40 - Permalien [#]
Tags :

18/06/18

f

 

Il faudrait atteindre au silence passé

par les claires voies de la fenêtre.
Venir à toi.
Couler mécaniquement ma tête
dans l'anse de ton coude.
Ce serait commencer cet instant minuscule
qui caresse nos visages,
 
la voix entre les mots.
 
 
 
Rien, alors, ne pourrait demeurer
absolument perdu
au milieu de la nuit.
 
*
Brigitte Giraud 

Posté par acqua di fiori à 10:48 - Permalien [#]
Tags :

12/06/18

pomme

 

La maison dit ton absence 
Une pomme verte change de peau sur la table 
Un reste de lait fige au fond du bol 
Tes lèvres closes 
La porte du jardin bat 
Dans la lumière silencieuse 
J'allonge ma fatigue d'un peu de vin 
Je regarde mes yeux courir 
Sur la page d'un livre 
Les mots comme le lait 
Incapables de s'ouvrir 

*

Dominique Boudou

Posté par acqua di fiori à 15:26 - Permalien [#]
Tags :


10/06/18

 

 

Posté par acqua di fiori à 22:54 - - Permalien [#]
Tags :

© Kindra Nikole

 

J'aimerais être un courant d’air,
Porter le chant des oiseaux dans les airs,
Diffuser le parfum des fleurs
Dans les tréfonds de ton cœur.

J’aimerais tant être le vent, 
Balayer tes tourments,
Chasser toutes tes peines,
Rendre tes pensées sereines.

J'aimerais être le Zéphyr,
Commencer et ne jamais finir,
De susurrer à tes oreilles de poète
Les vers qui te résonnent dans la tête.

J’aimerais être une bise légère,
Me déposer sur tes lèvres,
Mourir dans un soupir,
Et renaître dans un sourire.

J'aimerais être un sirocco,
Être là où il fait chaud
Et faire que cette chaleur 
Soit le fruit de nos ardeurs.

Mais je ne suis qu’un murmure
Qui erre sous un ciel azur,
Qui cherche sans trop de détours
A te déclarer mon amour.

*

Gwen C. L.

**

ill : K. Nicole

Posté par acqua di fiori à 21:30 - Permalien [#]
Tags :

07/06/18

mcgb

 

Il y aurait tant à écrire
sur les pierres
des murs.
 
Voir plus loin,
comme au travers,
des rues blanches,
un banc au milieu d'une place,
peut-être un jardin,
 
et ton visage qui penche.
*
Brigitte Giraud
**
ill: C.Melegari

Posté par acqua di fiori à 12:53 - Permalien [#]
Tags :

05/06/18

 

 

Posté par acqua di fiori à 12:36 - - Permalien [#]
Tags :

04/06/18

tumblr_nyi2ee67Gm1tqx9n9o1_500

 

Nous voyons plus intensément
Par une lumière qui disparaît
Que par une mèche qui demeure.
Quelque chose dans l’envol
Clarifie la vue
Et magnifie les lueurs...

*

Emily Dickinson 

Posté par acqua di fiori à 11:45 - Permalien [#]
Tags :

01/06/18

rosée

 

Ce qui ne peut-être dit 
doit-il être tu ?

 
La rose ne peut-elle éclore 
et sa forme et la ronce 
et la douleur ? 


Garde tes peines 
accueille la rosée 
et sa goutte 


De sa forme naît la couleur 
et l’Univers 
qu’elle porte en elle

*

Raphaël Dormoy

Posté par acqua di fiori à 20:34 - Permalien [#]
Tags :

29/05/18

 

 

Posté par acqua di fiori à 20:52 - - Permalien [#]
Tags :

fenetre4

 

De la poussière 

sur le rebord de la

fenêtre close

 

une odeur

un peu rance de

jours fermés

 

j'aimerais

la marée

 

un dehors

un dedans.

*

Vincent Motard-Avargues

Posté par acqua di fiori à 12:33 - Permalien [#]
Tags :

27/05/18

bruyere

 

Sous nos yeux
les ruines
les bruyères
comme un silence
qui cherche à se défaire de ses 
paysages

*

au bout de l’horizon
les racines se perdent
se laissent
envahir
par d’autres souvenirs

 

**

Cédric Merland

Posté par acqua di fiori à 19:24 - Permalien [#]
Tags :

26/05/18

 

 

Posté par acqua di fiori à 17:09 - - Permalien [#]
Tags :

23/05/18

seul

 

C'est pour toi que je marche
Et tes pas sont dans les miens
Portés par l'illusion d'une géographie
Qui nous aurait appartenu
Dans cette ville trop basse
Pour nos ailes d'oiseaux
Le souvenir d'un mot
A l'angle d'une rue d'autrefois
Mais était-ce bien ce mot-là que nous avions dit
Le souvenir d'une caresse retenue
A l'ombre d'une vitrine
Mais comment garder la mémoire
De nos gestes
*
Dominique Boudou
**
ill. © Maria D. C.

Posté par acqua di fiori à 21:29 - Permalien [#]
Tags :

fleur

  

Souvenons-nous toujours de la lumière
sur les fleurs roses du pêcher
de la lenteur des gestes
une main sur un front
de la lenteur des choses
cette lenteur terrible de la vie
comme une boucle qu'on dénoue

*

Jacques Ancet

 

Posté par acqua di fiori à 14:45 - Permalien [#]
Tags :


Posté par acqua di fiori à 07:59 - - Permalien [#]
Tags :

19/05/18

calle-con-charcos-de-agua-995547

 

Ne parle pas trop fort,
laisse les autres glaner leur soif
dans les hauteurs qui sont si peu,
lorsque les chemins se tordent
dans des flaques couleur de rouille.


*
Brigitte Giraud

Posté par acqua di fiori à 16:32 - Permalien [#]
Tags :

18/05/18

ca9ea85d-bc63-4de4-97f6-2093b2461466

Le jour ne revient pas, dites-vous, mais 
seulement sa blessure, le sang 
que laisse le soleil quand il s’effondre 
au loin

tous les corps oubliés 
veulent savoir si quelque chose existe 
sous le sol, qui les rassemble, une parcelle 
de substance ou rien 
que l’ombre, immobile comme 
un caillou

peut-être que l’espoir 
n’est qu’une entaille dans la chair 
une étincelle sans futur 
dans la mémoire

ne dites pas, quand vous partez, que c’est 
le jour qui meurt.

*
Claude Esteban

 

Posté par acqua di fiori à 14:52 - Permalien [#]
Tags :